Voyage à vélo couché de 1 an à la découverte des agricultures et alimentations de la Mongolie, Chine, Kirgiztan, Ouzbekistan, Turkmenistan, Iran, Arménie, Géorgie, Turquie, Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Slovaquie, Autriche, Allemagne, France, découverte, vélo, couché, bent, cyclotourisme, cyclo

Accueil
"La vie est un voyage, il suffit d'être prêt pour que l'occasion se présente" [proverbe mongol]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Recevoir la newsletter :
 
 
 
   
   
   

Les nouvelles

... postées en Iran


L'Iran, derriere le voile

Deux jours avant la fin du Ramadan, nous entrons en Iran. Ce passage de frontière sonne pour nous la fin de l’Asie Centrale et nous prenons vite conscience que nous quittons aussi l’ambiance soviétique qui marquait de son emprunte tous les précédents pays, Chine à part.

Ce pays suscite en Occident a la fois une fascination et une peur, n’est-ce pas ?
Fascination car c’est la Perse avec ses palais, ses caravansérails, ses oasis, sa poésie… les Mille et Une Nuits en quelque sorte. Peur car l’Iran est synonyme de conflit diplomatique sur la question du nucléaire, de Ayatolla Khomeini et la révolution de 1979, d’un quotidien régit par l’Islam.

Nous y sommes entres avec des idées préconçues et des images plein la tête, il nous tardait de découvrir la vérité… tout au moins, quelques vérités captées durant ce mois de novembre. Et disons-le de suite, l’Iran nous a profondément marque.

C’est pourquoi nous avons décidé de parler uniquement de nos impressions et de laisser de cote les petites aventures personnelles du voyage a vélo pour un autre texte a suivre. Une news très sérieuse finalement…



L’Iran, derrière le voile ? Toutes ces belles mosquées et fabuleux tapis font le bonheur des touristes … mais il y a tellement plus a découvrir, des lors que l’on discute et que l’on prend le temps d’observer.

L'Iran fonctionne comme une République Islamique, ce qui signifie que l’Islam y est religion d’etat et bien plus encore. La Sharia est a la base du mode de fonctionnement de la société et fait office de loi universelle, bien éloignée parfois des règles fondamentales des droits de l'homme. En guise d’exemple, qu’une femme ait une relation sexuelle avec un homme avant le mariage, elle court le risque d’être lapidée. Qu’un citoyen boive de l’alcool, il recevra 80 coups de fouets.

On se sent très en sécurité dans le pays, et les désagréments lies aux excès de l’alcool que nous avions parfois eu à subir en Asie Centrale sont ici inimaginables. L’hospitalité dépasse tous ce que nous avions vécus jusqu'à présent. L’invité est roi et l’art d’attirer l’étranger chez soi s’élève au rang de sport national, au point de temps en temps d’être terriblement gênant pour nous et de se retrouver dans des situations cocasses ou nous avons a ‘’choisir’’ notre hôte ! Deux heures après notre entrée sur le territoire, nous sommes invite, on nous offre du pain et nous aide a trouver un restaurant ouvert… tout ça avec une gentillesse et un tact qui caractérise si bien les Iraniens.

Tout en contraste avec cette finesse persane, nous avons a faire à une police beaucoup moins hospitalière. Ses sempiternelles questions (d’où venez-vous, ou allez-vous ? quelle est votre profession ? oh non, pas journaliste, pas d’inquiétude ! ) ... une ‘’visite’’ surprise chez un particulier ou l’on nous ordonne de rejoindre un hôtel en centre ville – sans explication. Ou cette fois ou Xavier se fera passer a tabac par un policier zele et qui avait imaginé on ne sait quel scénario en le voyant photographier un berger et ses bêtes…

Lorsque nous croisons un Iranien maîtrisant l’Anglais (ils sont nombreux), nous essayons de comprendre ces comportements très directifs de la police. Nous avons droit a des réponses explicites:
‘’ils (le gouvernement) ont peur de vos idées’’ ou
‘’les voyageurs individuels sont souvent des hommes et des femmes intelligents, ils ne suivent pas les voies du tourisme organise et peuvent voir ce qu’il y a vraiment a voir (!!!) ".

Nous sommes donc aux yeux des religieux du pays une source de pollution intellectuelle qui introduit des idées non recevables et qu’il faut maîtriser… comme sont contrôlées les medias du pays (tiens, tiens, ce n’est pas sans rappeler la Chine). La télévision satellite est par exemple réservée a une élite et a ceux qui ont résidés a l’étranger (ceux qui sont déjà pollués…), l’Internet est bien entendu surveillé. Propagande qui tourne parfois au comique lorsque l’on nous dit que ‘’c’est la guerre civile en France’’, en référence aux évènements du mois de novembre !
Anecdote amusante, notre musique favorite entendue dans un café est illégale, et la tentative de trouver le CD dans la ville se transformera rapidement en une chasse au trésor.

Malgré ces restrictions, nous verrons bien des paraboles cachées sous un simple drap dans la cour d’une maison et apprenons que les romans de Salman Rushdie (interdit bien entendu) se trouvent dans de nombreuses familles.

Mais attention, les autorités veillent et le nouveau président, Mahmoud Ahmadinejad est considéré comme ultraconservateur. Son accès au pouvoir est vivement contesté dans le pays et plusieurs instances internationales s’accordent sur le fait que l’élection a ete tout sauf démocratique. Alors que son prédécesseur (Khatami) avait mis en place des reformes sociales et politiques très progressistes (aux yeux des iraniens…), Ahmadinejad a mis un frein brutal a celles-ci. Ainsi, Khatami avait augmenté l'âge minimum de mariage pour des filles de 9 pour atteindre 13 ans (ce qui a été conserve) et 11 représentants féminins siégeaient au parlement (quelle est la situation aujourd’hui ?); les règles vestimentaires pour les femmes étaient moins surveillées ce qui permettait aux femmes – les plus jeunes et dans les grandes villes - qui le souhaitaient de ne plus porter le tchador (ce grand voile qui couvre le corps de la tête aux pieds) mais une version ‘’plus courte’’. Bien sur, encore fallait-il que ce changement vestimentaire soit toléré par le mari, le père, la mère (les femmes sont souvent plus conservatrices que les hommes) et… le regard des autres.


Cette petite avancée sur le front de la liberté des femmes est malheureusement très menacée par le gouvernement actuel qui ‘’serre la vis’’ dans tous les domaines, y compris pour les touristes (on nous confiera que nous aurions été bien moins contrôlés il y a deux ans plus tôt). Au vu de cette situation, où nous avons l'impression que les jeunes Iraniens et Iraniennes sont majoritairement contre le président actuel, une issue nous semblerait être le soulèvement et l’organisation de la jeunesse pour se battre pour leur liberté et droit a l’expression.

Facile a dire… car nous commençons à comprendre que, dans un tel environnement, la notion d’engagement et de courage civique n’est pas un vain mot. Qu’il est synonyme d’enlèvement, de mise en prison, de réprimandes musclées envers soi et ses proches. Nombre de personnes, intellectuels ou journalistes trop bavards se retrouvent en prison après avoir eu droit a un procès injuste, sans moyen de se défendre devant le mollah (religieux). Il y a bien des gens qui s'engagent, par exemple en utilisant les ressources de l’Internet, mais devant le succès des blogs et la crainte de se faire repérer, ils préfèrent abandonner toute idée de manifestation d’opinion.

La religion est, vous l’aurez compris, omniprésente. Lorsque nous voyons à la télévision les images de Mashhad, ville sainte, le jour de El Fetar (fin du ramadan), c’est un sentiment très particulier qui nous envahi. Ces foules compactes, uniformément habillées et accomplissant les gestes de la prière d’un seul mouvement nous donnent des frissons et nous prenons la mesure du pouvoir des mollahs. Lorsque nous nous rendons à Esfahan sur la place Imam le vendredi, quelle n’est pas notre surprise d’entendre le mollah local assener la foule de ses propos politiques, commentant les affaires internationales de la semaine, et répétant a souhait ‘’A bas l’Amérique’’. Nous serons pourtant surpris de voir que de nombreux Iraniens sont loin de respecter toutes les obligations musulmanes, ne serait-ce que les 5 prières par jour.


Et d’ailleurs, le fait que nous soyons chrétiens n’est jamais pour nos hôtes un problème, nous obtiendrons même un soir l’autorisation de dormir dans la salle de prière d’une école. On sent très fortement dans nos discussions avec les Iraniens leur crainte d’être assimiles à des terroristes, simplement de part leur appartenance a l’Islam, et suite aux évènements du 11 septembre et plus récemment du métro londonien. Nous les rassurons sur ce point.

Par contre, il faut reconnaître que les Iraniens – jeunes hommes surtout – ont un comportement généralement macho. Et le contraste de comportement avec les femmes (discrètes voir effacées) est d’autant plus fort que leurs goûts vestimentaires, très soignés et modernes, sont aux antipodes de l'allure exterieure des femmes, réduites a marquer leur différence avec leur paire de chaussure.

Ariane fait tous les jours les frais de ce comportement puisque les hommes ne viennent que très rarement la saluer. Seul Xavier échange paroles et poignées de mains avec les hommes, Ariane étant reléguée au rang de simple accompagnatrice muette. Et lorsque nous sommes invites dans une maison, l’étonnement est grand pour l’homme d’entendre Ariane s’exprimer et avancer ses arguments sur tel ou tel sujet. Heureusement, ce n’est pas toujours le cas et nous rencontrons aussi de nombreux couples, jeunes et moins jeunes, très ouverts et s’adressant indifféremment a nous deux. Disons que ça reste minoritaire…et ça n’empêche pas ces mêmes hommes de tenir les propos suivant : ‘’il y a des familles modernes, où l'homme permet à sa femme de travailler’’ ou encore ‘’les hommes iraniens ne font pas la cuisine car il n’aime pas la faire’’ !!!


A la lecture de ces lignes, vous devez vous dire que l’Iran est un pays difficile a vivre… oui, assurément lorsqu’on est une femme, ou lorsqu’on est un homme aux idées trop progressistes. Pourtant on peut espérer que des avancées sur le front des libertés se fassent car les jeunes générations – hommes et femmes - sont éduquées et savent de plus en plus ce qu’il se passe en dehors de leur pays. L’epoque de Khatami a ouvert une brèche vers la voie de l’émancipation il y a quelques années, cette même brèche peut de nouveau se présenter dans l’avenir.

Ariane & Xavier (Iran, le 20/12/2005 )


 
 
Voir les nouvelles

postées depuis :

Toulouse
Mongolie
Chine
Kirghizstan
Ouzbekistan
Turkmenistan
Iran
Arménie
Géorgie
Turquie
Bulgarie
France


 


Au déTour du Monde - © 2004-2017 | Crédits | Liens | Nous contacter |