Voyage à vélo couché de 1 an à la découverte des agricultures et alimentations de la Mongolie, Chine, Kirgiztan, Ouzbekistan, Turkmenistan, Iran, Arménie, Géorgie, Turquie, Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Slovaquie, Autriche, Allemagne, France, découverte, vélo, couché, bent, cyclotourisme, cyclo

Accueil
"La vie est un voyage, il suffit d'être prêt pour que l'occasion se présente" [proverbe mongol]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Recevoir la newsletter :
 
 
 
   
   
   

Les nouvelles

... dernièrement postées


Notre arrivee

Bonjour à tous,

Apres une grande periode sans nouvelles, voila la plus importante... celle de notre arrivee. Apres une rapide traversee de l'Europe de l'Ouest, nous finirons notre periple a velo couche a ANGERS.

Nous y sommes attendus et on vous attend :

- le dimanche 18 juin : accueil officiel à 12h00 sur l'Ile de Gennes dans le cadre de la Fête du Vélo (il y aura un stand tenu par le Groupe ESA - l'Ecole Superieure d'Agriculture d'Angers - avec exposition de nos carnets de routes agricoles). Nous serons heureux de vous voir nombreux pour nous accompagner a velo sur les derniers kilomètres : rendez-vous à 10h30 au niveau de La Croix de la Voulte, sur la route Angers-Saumur (D952) a l'entree du Chemin de l'ile Ardouin (c'est un petit chemin qui part de la departementale vers la Loire, visible sur mappy.com par exemple)


- le lundi 19 juin : arrivée à 12h30 dans le parc du Groupe ESA a Angers (55 rue Rabelais). Ce sera l'occasion d'echanger et de repondre a vos questions dans un cadre plus tranquille.


En attendant, nous profitons de nos derniers jours de pedalage sous le beau soleil (enfin !), mangeons les premieres cerises de l'année et redecouvrons les plaisirs du bon fromage. Pas facile de resister a toutes ces tentations !!!


A tres bientot

Ariane & Xavier (France, le 08/06/2006 )


En suivant les cigognes...


Nous entrons le 3 avril en terre Bulgare, un pays Balkan de 8 millions d’âmes dont nous n’avions aucune image en tête. La première fut celle de Zaio, un peintre bulgare, très voyageur et apparemment non moins connu. Une entrée dans le pays pleine de couleurs et en français. On se croise devant l’église, on se retrouve autour d’un café et on finit la journée chez lui dans son atelier. A travers ses tableaux modernes, lumineux, inspirées de la mythologie et du folklore de son pays, nous captons un peu de ses ambiances de fêtes traditionnelles ou hommes et femmes dansent autour du feu, ou les tambours et violons donnent le rythme. Une soirée sympathique dans la cuisine ou l’on se sent dans un musée… avant de rejoindre notre lit sous les posters d’expositions qu’il fit à Villejuif ou Avignon.

La Bulgarie est un des trois pays candidats à l’Union Européenne avec la Roumanie et la Turquie que nous venons de quitter. Pour les deux premiers, si tout va bien, c’est prévu pour 2007. Plus de démocratie, moins de corruption (ici aussi « on achète parfois ses diplômes » nous confie-t-on, « quand a la police… »), plus de respect des droits de l’homme, une amélioration du système juridique… et comme le dit la brochure d’information de l’UE, une économie de marché compétitive !

Dans les campagnes nous essayons justement d’en savoir plus sur la vision des bulgares vis-à-vis de ce futur européen. Beaucoup n’en savent pas beaucoup ou le craigne : hausse des prix, des standards a adopter, des contraintes venus de Bruxelles, la peur de se « faire manger » par les pays historiques de l’UE. Nous essayons d’argumenter en russe (la langue bulgare étant proche) mais nos connaissances trop limites de la langue et le peu d’écoute de nos interlocuteurs nous empêche de vraiment avoir des discussions intéressantes. Nous sommes juste désolé de constater que les gens ne voient dans l’Europe que sa facette économique et mettent de cote ce qu’elle représente en terme de paix, d’avancée de la démocratie et d’échanges culturelles. C’est peut-être aussi beaucoup demander a des gens qui ont du mal a joindre les deux bouts.

Nous vivons un second printemps en pédalant dans ces grandes forets de Bulgarie. Nous n’avions pas vu autant de verdure depuis le début de notre voyage, il faut dire que le pays est un grand bol d’air pur. 30 % du territoire est recouvert de forets ! Certains étrangers (Suisses, Allemands, Français) ne s’y sont pas trompés en rachetant des vieilles maisons pour leur terrain et rebâtissant une maison pour les vacances - et pourquoi pas la retraite. Juste dommage de voir de beaux bâtis disparaître car trop chers a restaurer.

Chaque matin, nous nous élançons sur les routes en même temps que les cigognes, sur le chemin de l’été, gagnent de l’altitude en traçant de grands cercles dans les airs avant de filer a l’ouest. Et on se demande par moment si certaines n’envient pas leurs congénères qui ont déjà trouvées nid à leur plumage avant même le Danube.

Pour les Bulgares, les cigognes sont surtout l’occasion d’honorer la tradition de "Marenitsa-Baba Marta" : le 1er mars, tout le monde se voit offrir un petit bracelet rouge et blanc qui symbolise la transition entre la rigueur de l’hiver (blanc) et la chaleur du printemps (rouge). Au premier signe du printemps, chacun l’accroche sur un fruitier du jardin ou sur le bord des routes, garantissant santé pour l’année à venir. Et ainsi on se réjouit de voir tant de bracelets suspendus, et on comprend aussi que le douanier attend toujours sa cigogne !

Contrastant avec cette tradition pleine de gaieté, la campagne bulgare nous laisse une impression de calme et de mort lente. Aux portes des maisons, un grand nœud papillon noir annonce la mort du père de famille, les feuilles A4 avec portrait et dates de décès se croisent a tous les coins de rues, certaines restant plusieurs années. En Bulgarie on n’oublie pas ses morts, c’est certain. Ces grands-mères assises sur le banc devant les jardins impeccables ont le regard nostalgique. Et les jeunes, ou sont-ils ? Beaucoup ont déserté pour rejoindre la ville.

Du coup, ce sont des dizaines de maisons dans le moindre village qui sont inhabités, le silence en devient oppressant. A deux reprises, on nous proposera de dormir dans ces maisons vides. A seulement 100 km, le Turquie bouillonne… ici, c’est tout l’inverse.

Et dans les quartiers des tziganes, c’est encore une autre ambiance. Minorité importante avec 10% de la population, ils sont pourtant en marge de la société tant économiquement que géographiquement. On nous prévient de faire attention a ces gens : ici un policier qui nous décommande telle route car elle passe dans plusieurs villages tziganes, la un voisin d’un soir qui nous fait signe sans équivoque de la main que les voleurs ne sont pas loin… et des lors que nous sommes dans un village touristique ou d’un musée en plein air, point de tziganes en vue. Nous observons une ségrégation et des allusions sans ambiguïtés sur ces gens que l’on appelle en France gitans, gens du voyage ou encore manouches. D’ailleurs, plutôt que tziganes, nous les appellerons Roms, ce qui signifie ‘homme’ dans leur langue.


Une précision : ici les roms ne vivent pas dans de grand camping-cars ou caravanes tires par de grosses Mercedes. Non, ils se déplacent plus souvent dans une charrette tirée par un cheval et ramassent l’acier sur le bord de la route ou sont bûcherons (hommes et femmes) pour gagner un peu d’argent. Ils sont propriétaires des plus vieilles Lada du pays, dans lesquelles s’entassent leur ribambelles d’enfants.


Nous sommes d’un coté attirés par cette culture que nous ne connaissons si peu, de ces linges colores qui sèchent toujours au vent proche de leur „chez eux“, de ce mode de vie encore nomade pour certains. D’un autre cote, nous ne nous sentons pas très a l’aise dans leur monde, quand un enfant de 12 ans conduit une voiture en plein village, quand le ton monte vite et se fait violent, quand deux petits prennent pour cibles les poules de la maison avec leurs pierres et que ça ne gêne personne.

Nous avons le sentiment que les règles sont ici très différentes des nôtres mais on ne veut pas se laisser envahir par nos préjugés… pourtant, ce jour la nous entrerons dans un village en laissant l’appareil photo bien rangé. Une fois nous sommes invites pour un café et avons une conversation intéressante sur leur vision de tous ces gens qui roulent de grosses voitures et filent a travers leur village sans jamais s’arrêter. Et une autre fois, nous préférons continuer plus loin plutôt que de poser la tente dans un village. Juste des ressentis, suffisamment pour ne pas « oser ».

Le monde Roms nous est donc difficile à pénétrer. Des peurs, des impressions, des influences externes… la Roumanie nous donnera l’occasion d’essayer de faire le pas encore une fois, espérons pouvoir comprendre et voir davantage. A suivre donc…

Ariane & Xavier (Bulgarie, le 18/04/2006 )


Petite visite d'Istanbul

Istanbul fut un lieu de pouvoir et de faste du temps des empires Romains et Ottomans. Sa situation a cheval sur le detroit du Bosphore, un pied en Europe et un pied en Asie, fait de cette ville un carrefour inevitable des noeuds de communication du pays. Mais c'est aussi et surtout une megapole de plus de 12 milions d'habitants que nous decouvrons au petit matin en roulant sur les grosses arteres qui nous conduisent vers son coeur historique. Nos premieres visions sont des mosquees enormes, des quartiers aux vielles maisons etroites et hautes, en bois ou en beton aux couleurs passees.

La ville bouillonne et chaque coin de rue est un spectacle, il faut juste attendre un peu pour capter le detail qui amuse. De la terrasse de notre hotel, nous en avons un bel echantillon. En face sur le toit, un chien passe la tete sur le rebord pour observer (comme nous) l'animation trois etage plus bas... une affiche placarde sur un mur fait la publicite d'un hopital specialise dans la circoncision... les pigeons viennent se poser trois terrasses plus loin pour manger dans les bols qu'un homme depose chaque matin (des lokums peut-etre ?)... un homme hurle sur les pavee de la rue a qui veut l'entendre qu'il collecte le plastique dans son chariot... le batiment en face nous donne l'occasion d'apprendre toute les etapes de fabrication d'une chaussure (ajourd'hui, baskets blanches)... un garcon porte sur un plateau pleine d'assiettes de soupes et de riz dans un sous-sol... les soudeurs interrompent leur travail et utilisent leur masque pour regarder l'eclipse solaire... ce matin deja le hamman du dessous fume de toutes ses cheminees... les hauts-parleur de l'ecole voisine joue ''la lettre a Elise'' pour appeler les ecolier (comme dans toutes les ecoles du pays)... un homme assi dans la rue fait tinter sa petite cuillere dans le verre de the.

Lorsque la nuit tombe, le film du jour devient une image fixe : silhouette de la petite mosquee Hagia Sophia, les points lumineux sur la mer, les rideaux tires de la voisine avec le linge au balcon. L'image... et le son du muezzin, puis d'un second, puis d'un troisieme. C'est l'appel de la priere du soir. Ainsi va la vie de ''notre'' quartier.

A cote de ces scenes stranboulites du quotidien, il y a beaucoup a visiter pour tout les touristes qui affluent chaque annee. Hagia Sophia et la Mosquee Bleue, le Grand Bazar et le moderne moderne de Beyoglu, Ortakoy, sa promenade au bord du Bosphore et ses cafes qui invitent a flaner.

Pour tous les grandes sites ''a voir'' selon le gerant de notre hotel et les guides touristiques, nous faisons vite l'experience qu'il est plus agreable de les voir de loin. Que reste-t-il de l'ambiance calme d'une mosquee comme la Mosquee bleu ? Quand un panneau affiche que les femmes doivent se couvrir la tete avant d'y entrer et que trois quart d'entres elles n'en portent pas, on se dit que les gens ne respectent pas beaucoup les coutumes locales. On ne vous parle pas de ces guides qui font resonner leur discours jusqu'en haut des minarets. On est peut-etre un peu dur, mais apres avoir visite tant de mosque dans le reste du pays, en Iran et en Asie centrale, on ne peut s'empecher de le penser.

Notre jeu depuis une terrasse de cafe ''ou sont les femmes voilees'' n'a pas beaucoup de succes dans le quartier de Beyoglu. Semblable a tout quartier moderne et branchee de Paris, Londres ou Stockholm, on voit dans ces rues la jeunesse et hommes d'affaires deambuler d'un pas rapide entre un cafe proposant Cappuccino et Iced coffee flavoured, une expo photos et le ''FNAC turque''.

La difference avec ces capitales europeennes se trouvent dans les labyrinthes du Grand Bazar . Les ''please come in'' and ''good price for you'' resonnent de toute part. Agacant a la fin mais si typique des methodes commerciales turques. On nous confiera tout de meme a plusieurs reprises que ce Grand Bazar se meurent doucement... trop de pacotille, trop de semblable, encore un effet pervers du tourisme de masse.

Pour notre part, nous retournons vite dans les quartiers populaires ou l'on mange pour 3 Euros et ou l'on ne sert pas de Cafe Illy, juste un cafe turc, une patisserie pour accompagnement.


Voila l'Istanbul comme nous l'avons vecu. Demain est un autre jour... celui de notre reprise de route vers la Bulgarie.

Ariane & Xavier (Turquie, le 30/03/2006 )


 
 
Voir les nouvelles

postées depuis :

Toulouse
Mongolie
Chine
Kirghizstan
Ouzbekistan
Turkmenistan
Iran
Arménie
Géorgie
Turquie
Bulgarie
France


 


Au déTour du Monde - © 2004-2017 | Crédits | Liens | Nous contacter |